Qât, c’est son nom d’artiste, a tout d’une autodidacte.

Ce qui l’inspire : les poubelles. Elle chine, farfouille, déniche les objets insolites pour leur donner une nouvelle vie. Artistique. Avec cela, elle compose des “installations” dans la mouvance de l’Arte povera, l’Art pauvre. Elle se délecte de cet art pauvre pour dénoncer, provoquer, traiter des sujets qui dérangent.

Et qu’est-ce qui aujourd’hui dérange, si ce n’est le Covid-19 ? Du premier confinement a surgi l’envie de réaliser l’installation “Sur le divan” qui, restée pendant des mois en plein-air, a subi les affres du temps et a craquelé comme l’intériorité des humains face à la pandémie.

oeuvre de Qat aka Catherine Regnier
Illustration profil Qat aka Catherine Regnier

14 portraits accompagnent cette installation, une série de “Déglingués du Covid-19”, des visages-états d’âmes se déformant sous l’emprise de nouveaux attributs : la chauve-souris, le pangolin, le virus. Des aplats colorés ont surgi sur les planches du placard récupérées dans une rue paloise.

Une démarche à la fois artistique et humaniste.

Une manière de lutter pacifiquement.