Jeune femme à l’enthousiasme communicatif, ayant quitté son Algérie natale, elle suit dans les années soixante les cours de Maurice Jacquemont, directeur du Studio des Champs Elysées et professeur au Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris.


De 1966 à 1970, professeur de lettres dans le cadre de la coopération franco-algérienne, elle crée, avec la collaboration de l’Académie, une méthode d’enseignement du français par le théâtre.
En 1973, à Paris, sous l’égide du comédien metteur en scène de la Comédie Française Michel Etcheverry elle crée et anime « Le Petit Théâtre des Hauts de Belleville », avec lequel elle monte « Le petit Prince » de Saint Exupéry.
Comédienne, metteur en scène et professeur d’art dramatique, elle arrive à Pau en 1975 où elle crée la Cie des Petits Masques, démarrant par une création collective pour enfants : « Le mariage de la princesse Chrysalide ».

Les médias (presse puis télévision) s’intéressent vite à ce phénomène qui rassemble des enfants de tous âges dans des spectacles alliant humour et poésie et où les spectateurs affluent.
En 1979, Jacques Chancel lui consacre une émission de télévision sur Antenne 2. Puis c’est au tour de Jacqueline Joubert sur FR3 en 1980.


Dès 1976 se greffe l’atelier pour adultes. Jeunes et moins jeunes s’attaqueront alors soit à des pièces du répertoire (Garcia Lorca, Pirandello, Tennessee Williams, Grumberg, Aristophane, Dubillard, Obaldia…), soit à des créations collectives.
L’important étant pour Jacqueline Bellido de leur apprendre à oser exprimer toutes les facettes de leur personnalité et à chercher en eux l’authentique.


De 1975 à 1977, les cours ont lieu 21 rue Samonzet, à Pau, dans la galerie d’Art tenue par son mari, Jean-Claude Bellido, et à partir de 1978, au 6 rue Manescau à Pau, au sous-sol de sa maison, aménagé en atelier…

En parallèle des ateliers, elle crée en 1980 la Compagnie professionnelle.
Au début des années 90, la Compagnie compte dix permanents et emploie plusieurs intermittents dans les spectacles.


En 1990, elle crée un café-théâtre, au salon de thé « Côté jardin » rue Louis Barthou à Pau,avec, pendant trois ans, huit spectacles tournants quotidiensjoués tous les soirs à guichets fermés.
L’aventure connaît un succès retentissant mais s’arrête en 1993 quand la propriétaire vend son salon.

La Compagnie créera des spectacles qui font date, comme :

  • La maison de Bernarda de Garcia Lorca en 1988
  • De si tendres liens de Loleh Bellon en 1989
  • Le petit Nicolas en 1991
  • Les Diablogues de Dubillard en 1993
  • Poètes je vous aime en 2001
  • Les 3 vies de Nina B. en 2003, avec la collaboration d’Hubert Nyssen des Editions Actes Sud
  • Diablogues de femmes en 2003
  • Parlez-moi d’amour en 2004
  • Faut pas pleurer comme ça en 2007,
    etc.
    La plupart de ces spectacles seront créés au Festival de Pau, présidé par Roger Hanin.
    Quand on lui demande pourquoi cette passion du théâtre, Jacqueline Bellido répond qu’elle a baigné dedans toute son enfance. Sa mère l’enseignait aux enfants des écoles en Algérie, et elle la suivait en « dansant, chantant et jouant ».
    L’enfance, c’est sa passion et c’est son monde. Dans une pièce qu’elle a choisi de monter, Patachou, d’après Tristan Derême, elle chante ce message qui lui tient à coeur :
  • « Mon petit enfant
    Te mangera le temps
    Mais si tu comprends
    Tant qu’il en est temps
    Que le plus important
    Quand on devient grand
    C’est de savoir garder
    Son petit coeur d’enfant… »

Ainsi, c’est à des centaines de personnes que cette femme solaire, au coeur immense, a apporté une étincelle de vie, une ouverture d’âme, un déverrouillage du coeur, une libération de la parole… la révélation d’un métier pour certains, la découverte de richesses insoupçonnées pour d’autres…

On peut dire que Jacqueline Bellido leur a donc transmis pendant plus de vingt ans le virus du théâtre, embellissant ainsi une partie de leur vie.

Les ateliers se sont arrêtés en 1995, mais la Compagnie n’en est pas éteinte pour autant : Jacqueline Bellido continue à enchanter les spectateurs, qui se pressent toujours aussi nombreux à chacune de ses créations.

De 1984 à 2002, elle seconde son mari à la tête de la revue Pau-Magazine, occupe les fonctions de conceptrice publicitaire pour Radio Pyrate, Europe 2 et RFM, et à partir de 1995, dirige et anime la stationde radio RFM à Pau. De 2001 à 2008, elle crée sept spectacles autour de la Poésie, revisite au féminin « Les Diablogues » de Dubillard, crée plusieurs spectacles pour enfants, organise des lectures- spectacles, intervient en bibliothèque, mène, sous l’égide de la mairie de Lescar, une expérience d’une année Lecture-Plaisir dans une classe de CM2, et ressuscite le café-théâtre à Pau avec la création à Lescar de diners-spectacles qui séduisent chaque semaine de très nombreux spectateurs.

De 2008 à 2011, elle interrompt ses activités théâtrales pour accompagner son mari, Jean-Claude Bellido, dans son combat contre la maladie et la mort.

En 2013, elle met en scène et interprète avec le comédien Gilles Llerena le spectacle Et Dieu… chercha du boulot.