En ces temps douloureux, comme vous, on a pris un petit coup sur la tête.

Confinés mais pas déconfits en attendant d’être dé-confinés, nous avons décidé de vous épargner les problèmes de toute nature qui accompagnent notre aventure pour nous concentrer sur l’essentiel : l’ouverture de pauPart !

Nous avons donc décidé de positiver et d’agir.

Comme beaucoup de lieux culturels et artistiques qui ont été contraints de fermer leurs portes (pour notre part, de retarder leur ouverture), nous créons nous aussi nos espaces virtuels.

Le premier consiste à proposer des visites virtuelles des œuvres des artistes qui le souhaitent. Nous commençons avec David Robesson mais nous espérons que vous allez être nombreux à le suivre car l’idée est la suivante.

Faire découvrir des artistes pour donner envie de venir ensuite admirer leur travail chez pauPart, en vrai !

Vous retrouverez donc ces expos virtuelles dans un nouvel onglet du menu nommé « Virtuel« 

Le deuxième est un petit délire qui consiste non à s’autocongratuler et se la péter mais à imaginer une boutique pauPart avec tout ce qui bouge (allez voir, vous comprendrez).

Vous retrouverez donc cette boutique au même endroit onglet « Virtuel« .

Le troisième (en attendant les suivants) est une une co-construction ouverte à tous sur le principe du dessin exquis (dérivé du jeu du cadavre exquis).

Le principe est simple: on vous publie un dessin (ou une peinture) masqué jusqu’à l’extrémité droite (d’une page A4 à l’italienne (horizontale) et vous repartez de ce qui n’est pas masqué pour continuer (on explique mieux sur la page).

L’idée est de concevoir une oeuvre collective que l’on fera imprimer sur une bâche qui, quand le bazar’t sera ouvert, sera affichée chez pauPart. Avec 70m linéaires on a de la marge ! Tous les éléments de cette expo collective sont au même endroit, onglet « Virtuel » du menu principal du site.

Voilà de quoi tous nous occuper jusqu’au….????

Merci de participer, de nous soutenir, de relayer, de faire rayonner pauPart et de diffuser largement sur les réseaux, à la façon de ce bon vieux Raoul Volfoni :

« J’vais lui faire une ordonnance et une sévère… J’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’Paris qu’on va l’retrouver éparpillé par petits bouts, façon puzzle. Moi, quand on m’en fait trop j’correctionne plus : j’dynamite, j’disperse, j’ventile. »

Laissez un commentaire